Thomas Van Reghem - Enlisement de l'incendie (застой огня) janvier 2017 – photo de la performance réalisée avec l’aide de l’artiste Julia Teti (Pavloskaya)

NO MAD GALERIE présente Thomas Van Reghem : « Remonter les traces du vent Russe. De Kiev au Donbass Ukrainien »

NO MAD GALERIE présente « Remonter les traces du vent Russe. De Kiev au Donbass Ukrainien », premier solo-show de Thomas Van Reghem représenté par NO MAD GALERIE depuis sa création en 2013. Ayant auparavant participé à de nombreuses expositions de groupes (entre autres « Black is Back » au sein de l’atelier d’Alberto Sorbelli, « Sang Neuf » en Hors Les Murs de la YIA Art Fair en 2014 ou plus récemment, en septembre 2016, « Influorescence »), Thomas Van Reghem exposera ses dernières œuvres, résultat de ses récents voyages à Kiev et sur le front Ukrainien, à Vitrine65 du mercredi 22 février au samedi 4 mars 2017.

Thomas Van Reghem est né en 1992. Il vit à Montreuil et est actuellement étudiant à L’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris (ENSBA). En 2016 ses œuvres sont entrées dans divers collections dont celle de Frédéric de Goldschmidt et celle de Jean-Philippe Vernes.

Il n’est jamais facile de présenter en quelques phrases l’univers d’un artiste et encore moins lorsqu’il s’agit d’aborder un travail matérialisé par des sculptures qui sont à la fois le résultat et le point de départ du récit de l’artiste. Car c’est bien d’une narration dont il s’agit : et là où l’auteur utilise habituellement l’écriture pour s’exprimer, Thomas Van Reghem semble avoir développé dans la sculpture son propre langage poétique : idiome dont le feu, la glace, la ruine, la terre et la cendre composeraient l’alphabet.

Voyageant inlassablement à travers l’Europe et particulièrement ces dernières années dans les pays de l’ex bloc soviétique qui le fascinent et plus particulièrement l’Ukraine, Thomas Van Reghem se fait témoin d’une mémoire, de lieux, de rencontres, de cultures, de conflits ainsi que de croyances et d’histoires dont les réalités contemporaines semblent parfois se mêler aux mythologies locales.

L’exposition «Remonter les traces du vent Russe. De Kiev au Donbass Ukrainien » est le résultat de plusieurs voyages en Ukraine. Ces derniers mois, l’artiste, ayant alterné séjours à Kiev et sur la ligne de front Ukrainienne du Donbass, plus précisément la ville de Kramatorsk, a multiplié les rencontres avec les acteurs locaux : artistes, journalistes, populations locales et combattants. Les œuvres de Thomas Van Reghem, créées à partir de mises en scènes performatives quasi chamaniques réalisées in-situ, font état d’une multitude de dualités ou de forces contraires : feu visible / feu intérieur, sacré / profane, mouvement vers l’est / celui vers l’ouest, calme de la steppe / violence des combats, la vie / la mort, la destruction / la renaissance…

A propos de son second voyage en novembre 2016, Thomas Van Reghem nous dit :

« Je retrouvais les traces de ce « feu ». J’ai aussi rencontré plusieurs reporters de guerre français dont un avec lequel j’avais créé des liens il y a 5 ans. Eux aussi avaient été attirés par ce même feu sauf qu’eux étaient déjà allés plus loin sur la zone de guerre à l’Est du pays. Ils m’ont raconté leurs aventures. Ils m’ont permis de passer à l’étape supérieure en me conseillant où aller et comment. Avant de repartir pour Paris, j’ai décidé de laisser la trace de mon « feu » dans la ville. Je me suis rendu dans un lieu abandonné à l’Ouest. J’avais emporté mes dessins et mes poèmes faits à Kiev, des cierges de l’église ainsi que le matériel nécessaire à la fabrication d’un cocktail Molotov. Au dernier étage, je disposais les papiers et les cierges allumés au sol. J’ai attendu que le vent éteigne les cierges, puis j’ai lancé le cocktail qui s’est tout de suite enflammé. Lorsque le feu s’est éteint, j’ai ramassé les cendres que j’allais ensuite emporter avec moi pour réaliser mes mosaïques».

« La semaine où je suis rentré à Paris, J’ai sérieusement envisagé de me rendre dans le Donbass en guerre. J’ai recueilli davantage d’informations puis j’ai choisi une destination: la ville de Kramatorsk située dans la région de Donetsk. Cette ville était sous occupation pro-Russe l’an passé. Des combats s’y sont déroulés avant qu’elle ne soit libérée. Je refuse par contre d’y aller seul. Je pense à Julia Teti (Pavloskaya), une amie artiste. Elle est Russe, a 30 ans, vit à Minsk sous le régime de la dictature Biélorusse. Elle est peintre et musicienne, diplômée des Beaux-arts de Minsk et aussi du CNSM de Lyon. Elle parle Russe, Biélorusse et Français. Notre vision de l’art est très proche. Elle a un bagage de connaissance sur la France et les pays de l’Est, permettant un échange que j’espère fertile. Après l’avoir contactée, elle a accepté l’aventure. Elle rêvait de l’Ouest, c’est finalement à l’Est que nous allions, suivant le sens contraire du vent Russe ».

Formations

2012-2016    Etudiant à l’Ecole Supérieure Nationale des Beaux-Arts de Paris
2011-2012    Ecole de préparation aux écoles d’art, Prep’art
2008-2010 Formations styliste modéliste à l’institut Bischoffeim de Bruxelles.

Expositions

Solo-Show:

2017 « Remonter les traces du vent Russe. De Kiev au Donbass Ukrainien. » NO MAD GALERIE, Paris
2015 Le Marché Noir, Malakoff

Group Show:

2016 YIA Art Fair, NO MAD GALERIE, Paris
2016 « Influorescence », NO MAD GALERIE, Paris
2016 YIA Bruxelles 2016, NO MAD GALERIE, Bruxelles
2015 Chateau de Beaumanoir
2014 Sang Neuf, NO MADGALERIE – YIA ART FAIR, Paris
2014 Black is Back, NO MAD GALERIE
2013 TOUS EN VILLE ! NO MAD GALERIE, Paris
2013 Exposition de l’atelier Emmanuel Saulnier, ENSBA
2012 Exposition personnelle “Quand l’homme et la matière ne font qu’un”, Le Samovar, Malakoff.

Du mercredi 22 février au samedi 4 mars 2017 au 65, rue Notre Dame de Nazareth 75003 Paris (Vitrine-65).
Du mercredi au samedi, de 14h à 19h30 et sur rendez-vous.

Vernissage mercredi 22 février 2017 à partir de 18h

DOSSIER DE PRESSE – THOMAS VAN REGHEM – REMONTER LES TRACES DU VENT RUSSE. DE KIEV AU DONBASS UKRAINIEN – NO MAD GALERIE – DU 22 FEVRIER AU 4 MARS – VITRINE-65

Success, your comment is awaiting moderation.